Les enfants de ma sœur - Clara Kasten

Mon blogue

Les enfants de ma sœur

Les enfants de ma sœur - Clara Kasten

Il y a de cela quinze ans, ma sœur a eu son fils aîné. Durant l’accouchement, j’étais à 700 km de l’hôpital à cause de mon travail, mais j’ai quand même tout fait pour venir auprès d’elle. En effet, c’est ma sœur aînée, celle qui est pour moi, comme une mère, depuis que j’ai effectué mon déménagement pour mes études, et surtout, depuis que j’ai quitté le nid familial. Étant deux sœurs très proches, j’étais peut-être en retard durant l’accouchement de son premier enfant, mais j’étais toujours présente quand elle a eu les deux autres. Je me souviens que je venais tous les jours chez elle après le bureau pour voir mon petit neveu. Ce dernier s’est d’autant plus attaché à moi, que je fus la première qui l’a fait rire. Pour la petite deuxième, elle était venue 3 ans après l’aîné. C’était une jolie fille depuis qu’elle était bébé, toute ronde, mais très mignonne. Je l’ai appelée « la petite bouboule à sa tante ». En grandissant, elle s’était également attachée à moi, et à chaque fois que j’avais un peu de temps libre, je prenais les deux enfants avec moi pour une journée au parc, des journées de jeux vidéo ou encore, pour aller se promener sur la plage. Je les ai aussi gardé quand ma soeur a eu son augmentation mammaire. Ils ont habité avec moi le temps qu'elle se rétablisse complètement. On peut donc dire que je les gâtais beaucoup. Donc, les enfants ne pouvaient pas se passer de mes visites du weekend. Par ailleurs, comme je suis encore célibataire, je profite au maximum de leur compagnie. C’est pour moi, un grand partage d’affection, et des moments de fou rire uniques que je passe avec eux. Ainsi, je n’ai jamais raté un seul de leurs anniversaires, ou de passer les périodes de Noël en leur compagnie. Pour moi, ce sont des périodes où je peux les gâter, leur offrir ce qu’ils aiment, et surtout, leur donner des cadeaux qu’ils n’osent pas demander à leurs parents. Il faut dire que pour eux, je suis une grosse dépensière, car pour eux, je ferais tout. En ce moment, mes deux petits bambins sont déjà des pré adolescents. Et comme je suis leur tante « cool », ils ne se gênent pas pour venir me rendre visite et de me raconter leurs petites amourettes. Mais également, pour me demander de les couvrir devant leur mère quand ils ont des mauvaises notes. Enfin brefs, ces deux-là, je les aime tellement, que je ne peux rien leur refuser et je suis également contente qu’ils tiennent autant à moi.