Deux parcours différents - Clara Kasten

Mon blogue

Deux parcours différents

Deux parcours différents - Clara Kasten

Virginie a toujours eu le goût des belles choses. C'est sans doute cela qui l’a poussé à travailler dans le luxe. Son parcours a été simple, comme tout tracé. Une fois son bac en poche, elle a essayé le chemin des études, mais manifestement, ce n'était pas sa voie. Ça ne l'a pas empêché de réussir, puisque, aujourd'hui, elle est tout de même vendeuse chez le fameux bijoutier joaillier, Van Cleef & Arpels, à Paris. De toute évidence, elle a eu quelques bons coups de pouce, notamment, au départ pour intégrer une grande maison de luxe, puis on l’a aidé à passer à des marques encore plus prestigieuses.

Malheureusement, son manque de connaissances de langues étrangères est demeuré un problème, et c'est sans doute cela  qui l’a empêché de gravir davantage d’échelons. Qu’à cela ne tienne, elle a un excellent revenu mensuel grâce aux primes qu'elle touche sur les ventes réalisées par elle, ou en équipe. Petit détail, je trouve que le système des primes en dit long sur une maison : chez certaines, elles sont individuelles, ce qui favorise la compétition, chez d’autres, elles seront collectives, ce qui favorise l’esprit d’équipe. C’est donc toute une vision de la vente qui est révélée par une pratique, ou une autre. L’esprit de compétition peut booster les ventes, mais il peut nuire à l’ambiance, et donc, à la vente aussi. L’esprit d’équipe demande plus d’efforts à l’équipe de vente, mais à la fin, cela peut se ressentir sur les chiffres : une bonne équipe donne une bonne ambiance, et dans une meilleure ambiance, un client se sentira plus à l’aise, donc plus enclin à acheter.

C’est quelque chose que j’ai expérimenté quand j’ai travaillé pendant un temps dans le secteur du luxe. J’ai vécu les 2 esprits, et franchement, je préfère l’esprit d’équipe, même si l’esprit de compétition a aussi du bon. Mais l’ambiance devient souvent trop détestable, et on prend moins de plaisir à travailler.

Aujourd’hui, après avoir vécu dans plusieurs pays, et travaillé dans des domaines très différents, tels que les relations publiques, la vente dans le secteur de produits de luxe, et la recherche de fonds, j'aimerais travailler pour une agence adwords.

Autant dire que mon parcours est très différent de celui de Virginie. Malgré mon doctorat anglais de littérature russe, mon expérience à l’étranger, ainsi que mes compétences linguistiques, je gagne beaucoup moins bien ma vie qu’elle - en tout cas, pour l'instant. Je n'en suis pas moins heureuse pour autant, car j'estime avoir eu beaucoup de chance.

Ce n'est pas donné à tout le monde de vivre la révolution orange en Ukraine, de rencontrer des dissidents russes, de faire de la levée de fonds, et de rencontrer des milieux tels que la diplomatie, et les affaires à Bruxelles. Même si ce parcours peut sembler quelque peu décousu, il a en son cœur, une idée maîtresse : s’ouvrir sur le monde, et côtoyer des horizons très divers.

Aujourd'hui, je reviens à mes premiers amours qui restent l'écriture et la peinture. J’ai créé le site Internet de mon commerce pour ce qui est de la peinture, et pour l’écriture, j’écris un livre pour enfant et je rédige des textes pour un journal de quartier.