Des nièces en or ! - Clara Kasten

Mon blogue

Des nièces en or !

Des nièces en or ! - Clara Kasten

Si je n’avais pas eu mes nièces pour le souper, je n’aurais jamais découvert cet incroyable site sur lequel des promotions sur des vêtements, dont les marques sont très connues, permettent de gagner vraiment de l’argent. J’avais pris un ensemble de sport, pour moi, car j’avais tant usé le mien, que je ne pouvais plus le mettre sans avoir l’impression de ressembler à une pauvre fille qui sort de son lit, et qui est encore en pyjama. Ses couleurs délavées et sa forme trop large en faisaient une tenue fatiguée, même si elle restait très confortable. J’avais profité de ces promotions pour me commander un short et une veste. Cette dernière, je la voulais en tissu imperméabilisé et léger. Après avoir fini ma commande, j’ai vu que l’heure de coucher les deux petites filles était venue. Elles me demandèrent de leur lire une histoire, celle du lapin de Pâques qui ne retrouvait plus les œufs qu’il devait déposer.

Ma sœur et mon beau-frère rentrèrent vers minuit de leur sortie. Ils étaient allés au théâtre avec des amis. Je leur proposais de garder leurs fillettes à chaque fois qu’ils avaient la possibilité de sortir tous les deux. Je sais à quel point c’est important, pour un couple, de continuer à avoir une vie sociale. Garder les enfants est une joie et ces moments sont toujours très agréables. Si Victoria est une petite fille qui aime les licornes et les princesses, Nina est plus intéressée par les sciences et la chimie. Lors de cette soirée, Nina m‘a expliqué que de nouvelles découvertes avaient récemment été faites par des scientifiques, et qu’elle voulait voir un documentaire qui leur était consacré. Sa sœur, plus jeune, je l’ai donc placée dans la cuisine avec ses dessins animés.

Lorsque leurs parents sont revenus, je me renseignais sur un conseiller financier St-Lambert. Marguerite me l’avait recommandé. Comme je l’ai expliqué à Anne et Sébastien, j’avais de nouveaux projets personnels. Tout en buvant un café, ils m’ont appris que Juliette, leur voisine, avait eu un bébé. Elle avait accouché avec un mois d’avance. Nous avions connu la même configuration lors de la naissance d’Anna, la fille de mon autre sœur. Comme j’habite à plus d’une heure de route de leur domicile, Anne m’avait préparé un lit. Je me suis glissée dans les draps pour un somme qui a duré longtemps, jusqu’à plus de dix heures et demie, le lendemain matin.